Disneycarsmania

Devenez Carsmaniaques !

  • Archives

  • Facebook

  • Contact

  • Souscrire

  • Nombres de visiteurs

    • 1,749,719 visites !!

Les coulisses de Cars 2 – Interview

Posted by disneycarsmania sur 20 juillet 2011

.

Cars 2 ,  J-7.

Mercredi prochain vous allez découvrir Cars 2 dans votre salle de cinéma préféré, à moins que vous aviez eu la chance à une avant première !

Notre correspondant de Californie s’est rendu à Emeryville aux studios Pixar à la rencontre de John Lasseter et de son équipe.

Cars 2, devait être différent de l’original.

  

  John Lasseter réalisateur : « Quand nous avons commencé à travailler sur ce film  ( Cars 2 ), nous  voulions qu’il soit différent de l’original. Nous avons pensé qu’il pourrait être très drôle. Je voulais changer de genre, de type de film, par rapport au premier Cars. J’ai toujours adoré les films d’espionnage. Donc nous sommes partis sur cette idée, qu’il pourrait être drôle, dans ce monde où les voitures sont les personnages, de faire un film d’espionnage. Parce que dans ce genre de film, il y a souvent des superbes voitures d’espions, avec pleins de gadgets.

Et j’étais aussi inspiré, parce que lorsque j’ai fini Cars 1, j’ai voyagé dans le monde entier pour la promotion. Et je suis allés dans des endroits, comme Tokyo, Londres, en Italie et bien sûr à Paris. Et l’ai pensé : Ce serait super drôle de faire voyager nos personnages dans cette univers de bolides différents.

Ma femme et moi adorons Paris. Et donc nous avons cet endroit unique à Paris. C’est notre endroit ! Je pense que c’est l’endroit le plus romantique du monde entier. A chaque fois que nous venons à Paris, nous prenons un moment pour marcher vers Le Pont des Arts , s’arrêter au milieu et s’embrasser. Je devais le faire apparaître dans le film. Vous voyez … il y a une scène sur le pont des arts où 2 voitures s’embrassent, c’est pour moi et ma femme. »

.

.

.

.

C’était un vrai challenge.

 

  Denise Ream productrice : « Techniquement, je dirais que le plus gros challenge était l’étendue du film. Je veux dire, nous sommes allés dans 4 autres pays en dehors du studio. Il y avait d’énormes possibilités d’un point de vue technique. Beaucoup plus d’endroits, de personnages, d’effets, de foules … A ce niveau c’était un vrai challenge. Cars 2 , est le plus grand film que Pixar a jamais fait. C’est le plus grand film d’effets que nous ayons jamais fait.

Le cœur de Cars 2 est l’amitié entre Lightning McQueen et Martin, et comment cette amitié est testée. Initialement Cars 2 devait avoir lieu dans cinq pays, au lieu de quatre. Il y avait un rallye DTM style qui devait avoir lieu dans la Forêt Noire en Allemagne, mais ils n’ont pas eu le temps de le faire. En outre, la course à Paris devait être une course du style 24 heures du Mans et le film allait commencer à Prague, mais le réalisateur John Lasseter à choisit l’océan pour l’introduction du film.

Le personnage de Finn McMissile devait initialement apparaître dans Cars 1  dans la séquence du Drive In et un film d’espionnage devait être diffusé avec comme héros une voiture espion nommé Finn McMissile. Le film dans le film a finalement été changé, mais ils ont tellement aimé le personnage McMissile qu’ils ont repris l’idée lors de l’élaboration de Cars 2.»

.

Il faut que la voiture reste réaliste

« Nous ne cherchons pas à ce que les courses et les voitures soient réalistes, précise Lasseter. Mais plausibles, c’est notre mot d’ordre. Nous savons bien que sur piste, une WRC n’a aucune chance face à un proto ou un formule 1.  Alors nous avons introduit sur chaque tracé des portions de terre, qui permettent aux voitures de rally de revenir dans la course. »

« La grande trouvaille de Cars, explique un designer, c’est le positionnement du regard sur le pare brise. Le réflexe naturel aurait été de transformer les phares en yeux. Mais cela aurait laissé une grande proportion inerte en haut de la voiture. Avec les pneux, nous mimons les mains et les pieds. Il y a une bouche,  nous pouvons réaliser quelques mouvements « d’épaules », mais pas trop, il faut que la voiture reste réaliste. »

.

Les nouveaux personnages

 

    « Francesco Bernoulli a été pensé comme un personnage Italien caricatural, très expansif, qui s’exprime qui s’exprime avec les mains. Mais curieusement, c’est le Brésilien Felipe Massa qui nous a servi de modèle humain. »

.

 

Nigel Gearsley, une Aston DBR9 pour laquelle Ulrich Bez, le patron d’Aston Martin, n’a formulé qu’une seule demande : qu’elle soit peinte en British Racing Green.

.

 

 

Hamilton, une McLaren noire dessinée par Lewis Hamilton en personne, à laquelle il prêtera sa voix.

.

 

L’équipe de Cars 2 est également intarissable sur l’univers du rallye.  Le personnage de Raoule CaRoule est le sosie animé de Sébastien Loeb.

.

.

Les villes ont été Carsifiées

Cars 2 est international. Pour s’imprégner de l’atmosphère de chaque pays, une tournée de deux semaines en Europe était au programme pour les designers. Ils ont également assisté au grand prix de Monaco, chaperonnés par l’équipe Red Bull.  Les villes ont été Carsifiées, à Londres, les principaux monuments sont soigneusement redessinés pour intégrer dans leur architecture des éléments automobiles. Mais avec subtilité. Il faut un œil expert pour remarquer que sur Buckingham Palace ou Big Bentley  (Big Ben), les arches des fenêtres sont des calandres, ou des clochetons des bougies d’allumage. Et cela à représenté un travail colossal.

.

Une semaine de travail pour 4 secondes de film

Les progrès de l’animation numérique n’allègent pas le travail. « Notre problème, c’est que plus nos outils informatiques sont puissants, plus nous sommes exigeants ! Résultat, nous passons autant de temps à produire une minute de film aujourd’hui qu’il y a 5 ans. Mais les images sont beaucoup plus riches. Nous avons beaucoup travaillé sur les reflets et la manière dont les voitures roulent ou freinent, qui doit correspondre à leur poids. Nous sommes même capable de faire évoluer le comportement visuel des voitures en jouant virtuellement sur la pression des pneus !  » Et Cars 2 sera projeté en 3D, dans ces conditions, il faut une semaine complète de travail à un animateur pour réaliser quatre secondes !!


Et le mot de la fin, nous le laissons à John Lasseter :  « A treize ans, j’ai lu un livre sur Walt Disney et je me suis dit :  “On peut gagner sa vie en faisant des dessins animés ? C’est ce que je veux faire !”»

.

Partager

Bookmark and Share
.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :